Prototypage et Design Thinking : ce qu’il faut savoir

Dernière mise à jour :

Un processus de Design Thinking efficace se décompose en différentes étapes, chacune ayant sa propre utilité. Dans sa forme la plus élémentaire, il consiste à trouver des solutions créatives aux problèmes en faisant appel à l’intuition et au raisonnement. Dans de nombreux cas, le design thinking peut vous aider à trouver de meilleures idées et de meilleures solutions plus rapidement que si vous essayez simplement de réfléchir au problème de manière logique. La phase de prototypage est une partie importante du processus de design thinking, et il convient d’y prêter une attention particulière si vous voulez tirer le meilleur parti de votre processus d’idéation et de votre créativité.

Vous allez découvrir dans ce billet comment se déroule cette étape clé ? À quoi sert-elle réellement et pourquoi est-elle si importante ? Quels outils peuvent être utilisés pour bien prototyper ? Et si vous êtes friands d’exemples et de cas concrets, ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

Définition de prototypage rapide

S’il fallait la résumer en une phrase, on pourrait dire que cette étape doit permettre de “donner vie à différentes idées afin d’en mesurer le potentiel”.

Avant de véritablement se mettre à prototyper, il faut commencer par effectuer un tri parmi les différentes idées qui ont été soumises lors de la phase d’idéation (eh oui, il n’est pas forcément possible de toutes les garder !).

Plusieurs manières de procéder sont envisageables, comme le vote ou la sélection par “coup de cœur”.

Attention cependant à ne pas retenir des propositions qui ne sont pas suffisamment étoffées, cela risquerait de poser problème lors de la création du prototype, à cause du manque d’informations à disposition. Ce n’est qu’ensuite que l’on peut véritablement commencer à se pencher sur le prototypage à proprement parler. Un prototype peut prendre de multiples formes, mais doit obligatoirement être visible (et tangible dans certains cas) pour pouvoir être considéré comme tel. Pour autant, gardez à l’esprit que les prototypes (surtout les premières itérations) n’ont pas besoin d’être extraordinairement complexes.

Parfois, quelque chose de très simple sera plus adapté pour faire ressortir le potentiel d’utilisabilité d’une l’idée. Par ailleurs, c’est un gain de temps qui permet de tester plus de prototypes sur une durée réduite auprès des utilisateurs finaux lors de la phase de tests utilisateurs, dans le but de recueillir rapidement des feedbacks. Les prototypes et maquettes étant expérimentaux, ils sont par la suite étudiés et confrontés entre eux, améliorés ou bien complètement remodelés, et enfin acceptés ou écartés en fonction des feedbacks formulés par les besoins des utilisateurs (qui, rappelons-le, font partie intégrante du processus de Design Thinking et doivent donc être sollicités régulièrement) !

Le but premier d’un prototype rapide n’est PAS de proposer une version finale d’une idée, simplement de la rendre concrète pour permettre des retours plus pertinents et d’en évaluer le potentiel. Cela permet d’expérimenter une idée et ainsi d’améliorer l’expérience utilisateur.

Ainsi, la durée de conception d’un prototype ne doit généralement pas excéder 1 semaine pour les plus ambitieux, et quelques heures (voire quelques jours) pour les premiers jets.

Pourquoi prototyper est essentiel ?

Saviez-vous que dans l’univers start-up le prototypage est une règle d’or ? En effet, lorsque l’on commence un projet entrepreneurial ou créatif de toutes pièces on n’a souvent peu de moyens financiers ni beaucoup de temps c’est pourquoi les idées des start-ups doivent être testées, modifiées, voire complètement refondues, rapidement. Impossible alors de passer deux ans en développement au fond d’une cave (coucou Steve) sans jamais confronter son idée à des utilisateurs. Ce serait courir un risque énorme si finalement la solution était à côté de la plaque ! C’est pourquoi les start-ups créent des prototypes et des MVP (Minimum Viable Product ou produit minimum viable). Ce sont deux notions proches mais complémentaires à bien garder à l’esprit. Ce prototypage est également essentiel :

Pour communiquer plus efficacement

Décrire une idée avec des mots est une bonne chose dans un premier temps, mais par la suite il devient nécessaire de la concrétiser afin de la rendre plus compréhensible aux yeux de tous. Cela vous aidera également à acquérir une vision commune de la solution avec les utilisateurs et à dissiper d’éventuelles incompréhensions qui pourraient mettre à mal les efforts déployés.

Pour tester et itérer

Une idée qui reste à l’état de pensée à peu de chances de pouvoir être viable. Il est important de lui donner vie dans le “monde réel” et de présenter son prototype à votre équipe (si vous en avez une) et aux utilisateurs qui pourront ensuite formuler différents avis.

C’est à partir de ces tests utilisateurs que vous pourrez décider quoi faire : valider le concept tel qu’il est, le modifier pour le rendre plus conforme aux attentes, ou alors le mettre complètement de côté dans certains cas.

Ainsi, les chances d’aboutir à un résultat final pertinent se voient considérablement accrues. Un autre avantage est le coût : en effet, développer un prototype requiert généralement peu de ressources (humaines, matérielles ou temporelles). L’impact sera donc bien moins important en cas d’échec sur le prototype que sur la solution “définitive”. Enfin, l’étape de prototypage peut permettre de faire apparaître les différences entre l’idée “brute” (celle dans la tête) et l’idée “mise en application” (le prototype, la maquette).

Ainsi, une idée brute qui semblait parfaite peut se révéler être totalement obsolète lors de sa concrétisation sous forme de maquette.

Pour Explorer et s’inspirer

Parfois, des idées naissent ou évoluent au moment de la mise en pratique. C’est un phénomène qui a certainement dû vous arriver auparavant, et le prototypage repose en partie sur ce phénomène. Admettons que vous ayez une idée A dans votre esprit. Vous décidez de la prototyper mais pendant que vous êtes en train de réaliser la maquette, vous pensez à une modification majeure qui va fondamentalement améliorer votre concept de base. Vous vous retrouvez donc avec une idée B.

Alors que vous êtes sur le point de terminer votre maquette, vous apercevez celle d’un autre membre de l’équipe. Une des caractéristiques de son prototype vous inspire et vous décidez qu’elle s’intégrerait parfaitement à votre propre maquette. Vous aboutissez donc à une idée C au terme de votre phase de prototypage, généralement plus complète et pertinente que l’idée A que vous aviez en tête au départ.

Et c’est justement l’une des forces de la phase de prototypage : le Design Thinking se veut être une méthode innovante relativement “décloisonnée” où les différents acteurs designers peuvent être en contact et échanger régulièrement. L’objectif est de générer des idées par chaque participant et dont les développements sont centrés sur l’humain.

5 règles d’or pour réussir sa session de prototypage

Il est temps de vous lancer dans la création du prototype (maquette) voici 5 règles à suivre et à respecter pour réussir cette phase cruciale en Design Thinking.

  • Ne jamais oublier que tout peut être prototypé : un robot conversationnel, un rapport annuel… Pour tester des projets informatiques, par exemple, la technique du magicien d’Oz peut être utilisée. L’idée est de prototyper des interactions entre l’humain et l’interface pour tester l’ergonomie d’un projet numérique. Les testeurs interagissent avec un système informatisé qu’ils croient autonome, mais qui est en fait totalement ou partiellement contrôlé par un humain.
  • Bien définir la ou les questions que l’on se pose sur le projet, pour ne pas s’éparpiller. Quelle hypothèse souhaite-t-on matérialiser ? Est-ce que vous interrogez l’usage ? L’esthétique ? La proposition de valeur ? À chaque question son prototype fonctionnel !
  • Se concentrer sur les éléments visibles pour l’utilisateur. L’objectif est surtout qu’il se projette, le prototype doit sembler réel. S’il s’agit d’un site vitrine faisant la promotion d’un nouveau service destiné aux particuliers, ce sont les messages qui comptent, pas la manière dont le code HTML est documenté !
  • Gagner en compréhension des besoins utilisateurs à chaque session de prototypage. À chaque itération, cherchez à toujours décrypter leurs attentes et surtout leur ressenti vis-à-vis de l’idée proposée.
  • Ne pas s’attacher à vos prototypes même si c’est dur. Si les feedbacks infirment vos hypothèses, ne tentez pas d’optimiser votre prototype. Essayez, jetez, repartez de zéro ! La démarche n’en sera que plus efficace.

5 outils réellement efficaces pour réussir la phase de prototypage

La phase de prototypage peut être comparée à une sorte d’atelier de bricolage durant lequel les participants utilisent divers ustensiles afin de créer votre prototype. Et qui dit bricolage dit outils ! Nous vous avons donc concocté une petite liste recensant 5 d’entre eux, qui peuvent vous être très utiles afin de prototyper au mieux !

Du papier et des marqueurs de différentes couleurs

Commençons par la base de la base. Simple, peu onéreuse et relativement rapide tout en offrant de multiples possibilités, cette solution vous permet de commencer à prototyper sans problème et est accessible à tous : pas besoin d’apprentissage sur un logiciel quelconque. Les post-it sont également une excellente alternative à envisager. Il ne vous reste plus qu’à coucher vos idées sur le papier !

Storyboarder

Storyboarder est une application Open source (donc intégralement gratuite) qui permet de réaliser des Storyboards poussées assez simplement. Un outil très intéressant pour mettre en scène la solution ou créer un récit mettant en scène l’utilisateur final.

Balsamiq

Disposant d’une version gratuite, Balsamiq est surtout utilisé afin de réaliser des wireframes de sites web, mais peut également servir pour d’autres projets. Ses nombreuses fonctionnalités et son design évoquant le “fait main” sont un bon moyen de donner vie à une idée de manière efficace.

Origami Studio

Développé par les équipes de Facebook, Origami permet de réaliser des prototypes poussés (zones cliquables, importations de données, animations avancées…). Il peut donc être pertinent de l’utiliser si vous avez besoin de créer des maquettes ou prototypes de haute-fidélité. Le logiciel présente l’avantage d’être gratuit, mais est en revanche assez compliqué à utiliser.

Proto.io

Proto.io est actuellement un outil avancé tout en restant relativement intuitif à prendre en main. S’il est possible de bâtir des prototypes d’un très haut degré de fidélité grâce à cette application, il faut savoir qu’elle est uniquement dédiée au web. N’oubliez pas que ce ne sont que des exemples d’outils que vous pouvez utiliser et que bien d’autres sont à votre disposition, parfois juste sous vos yeux : carton, legos, bois… Ou alors faites travailler votre imagination : jeux de rôles, mini-vidéos, infographies…

A vos protos’ !

Découvrez notre Toolbox et tous nos outils de prototypage

Exemples de prototypages

Il faut savoir que l’on peut prototyper n’importe quelle idée même la plus ambitieuse et cela sans développement lourd ou financement excessif. Pour prototyper, pas besoin d’être designer ou de maîtriser des outils complexes. Avec un peu d’imagination, tout le monde en est capable ! Mais avant de se lancer, je le répète, encore faut-il savoir quel est l’objectif que l’on souhaite atteindre, quelles sont les hypothèses que l’on souhaite valider. Il est nécessaire de définir ces informations afin de pouvoir étudier des retours précis. Les résultats, positifs ou non, nous permettent de faire avancer le projet. Les feedbacks engendrés sont indispensables si l’on veut s’améliorer avec rapidité et efficacité. Vous verrez juste après 3 idées de prototypages différentes en fonction de la nature du produit et du service.

Un produit Physique

Les hypothèses à valider :

  • Un cadre de référence. Il s’agit dans ce cas d’une visualisation d’ensemble du produit ;
  • Un usage : sa forme, son mécanisme ou encore sa prise en main.

Exemples de prototypes : maquette à l’échelle, impression 3D, découpage laser, construction Lego, maquette en pâte à modeler.

Un produit numérique

Les hypothèses à valider :

  • L’utilité et le concept de l’outil à travers la formulation d’une proposition de valeur ;
  • Le contenu et l’intérêt du client ;
  • Le discours commercial.

Exemples de prototypes : une brochure, page Web vitrine, écran d’application mobile, boîte en carton physique avec les éléments de discours et de valeur.

Un service

L’hypothèse à valider : l’expérience utilisateur tout au long du parcours d’utilisation du service

Exemples de prototypes : storyboard, vidéo, infographie.

Pour la petite histoire, le fondateur de Dropbox avait lui-même conçu une vidéo de démonstration de son produit pour lever des fonds avant de se lancer dans un développement technique poussé. En effet, la vidéo était un bien meilleur support de communication pour une compréhension optimale de l’expérience utilisateur de ce produit technologique.

La célèbre marque à la pomme, Apple, a fait appel à IDEO en 1980 afin de concevoir une souris pour son nouvel ordinateur de l’époque dénommé Lisa. Les souris conçues jusqu’alors étaient trop coûteuses et peu fonctionnelles. Steve Jobs voulait un objet plus intuitif pour ses utilisateurs tout en réduisant les coûts de production de 10 %. David Kelley et son équipe d’IDEO ont donc procédé par itération en prototypage successivement de nouveaux modèles. Comment s’y sont-ils pris pour les composants ?

Tout simplement en allant puiser dans des objets de la vie de tous les jours. Ils sont allés fouiller dans leurs placards de salle de bains, piocher dans leurs réfrigérateurs, etc. ! La boule d’un déodorant à bille a servi, par exemple, pour la boule de souris située en dessous de l’objet et qui lui permet de glisser de manière fluide. Un couvercle d’une petite boîte à beurre jaune a également servi à imiter le couvercle de la souris.

Après plusieurs sessions de test et d’amélioration, la souris a été validée à la fois pour sa prise en main auprès d’utilisateurs et économiquement grâce à des choix de composants adaptés.

Pour conclure

Le prototypage est une étape clé du design thinking qui vous permet de tester vos hypothèses et d’obtenir un retour des utilisateurs. En intégrant le prototypage dans votre processus de conception, cela vous permettra de gagner du temps dans votre processus d’innovation. En effet, en recueillant très tôt les commentaires des utilisateurs vous économisez du temps et des ressources sur le long terme.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière d’intégrer le prototypage dans votre processus de conception, consultez notre formation en Design Thinking.

3 réflexions au sujet de “Prototypage et Design Thinking : ce qu’il faut savoir”

Laisser un commentaire

Call Now ButtonContactez-nous par téléphone